katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

lundi, septembre 18, 2006

Editorial


D'abord il y a des cris lorsque la faim, le froid, la peur s'immiscent en vous.

Puis viennent les mots, doucement, timidement, avec maladresse.

Des sourires alentours pour répondre à cette entrée en douceur dans l'univers de la parole.

Un jour, devant trop d'incompréhension, votre bouche se refuse.

C'est là qu'intervient l'écriture, pour que "sans voix" ne se mue pas en "sans voies".

Afin de pouvoir affronter le vide de cette interrogation à laquelle on vous confronte: "Qu'est-ce que vous voulez faire dans votre vie?"

Drôle de manière de formuler une question qui se situe précisément en dehors de la vie. Dans un ailleurs fait d'ambitions et de bassesse.

"Lire, aimer, chanter,..." serait la seule réponse possible. Mais cela ne se peut, cela ne saurait être... "Un peu de sérieux je vous prie".

Refus absolu, chasser ce mot du vocabulaire, et sourire.

Devant tant d'incompréhension, sourire.

Face à la nécessité de grandir, sourire.

Pour répondre à la jalousie, mère de toutes les frustrations, sourire.

Puisque tant de combats sont perdus d'avance, sourire.

Se donner la possibilité de vivre son existence de l'intérieur, avec le chant d'un oiseau dans le creux de son oreille, pour nous accompagner.

Une Vie qu'on dessinerait, calmement, avec un clignement de paupières.

Un instant les yeux ouverts, un instant les yeux fermés.

Comme si cette fraction de seconde où la nuit rejoint le jour résumait à elle seule notre insignifiance.

Un tableau qui prend forme pour mieux s'effacer.

Une peinture qui illuminerait une pièce au moment où elle disparaît.

Libellés :

5 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Ciao Katch!

Mais quelle bonne idée! Me réjoui de lire tes commentaires emprunts de poésie et de finesses! Merci de m'avoir mis dans tes liens, ca me fait tout chaud au coeur....je vais m'empresser d'en faire de même!!
A plus Raph

18 septembre, 2006 17:33  
Blogger Julien said...

Bienvenue parmi "nous"! Je me réjouis de lire le prochain article sur les votations...

18 septembre, 2006 18:20  
Anonymous Petchal said...

Mec, moi je chante que' "aimer c'est ce qu'il y a de plus beau".
Sure, que des blogs comme le tiens, il va pas y en avoir beaucoup. Reunir Brel-Gary-Chapuisat, meme Google trouve pas!!! :-)

Gute Fahrt!

19 septembre, 2006 09:20  
Blogger bulle de savon said...

...devant toi, durant cette seconde où tu comprends enfin, personne ne peut en revenir; pensées très intéressantes !

20 septembre, 2006 05:44  
Anonymous Anonyme said...

Merci pour ton beau texte !
Merci aussi de nous inviter dans le monde de tes promenades littéraires et la richesse de tes réflexions.
A bientôt peut-être...
Pascale F.

20 septembre, 2006 21:57  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home