katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

vendredi, novembre 01, 2013

ce qui s'absente déjà de nous


"Voici les langueurs de l'automne
Ce qui s'absente déjà de nous
quand du trouble de l'âme
les images sont captées
C'est le sang qui s'en va
après avoir apposé ses rides
sur les yeux
C'est la terre désarçonnée
découvrant les étendues de la perte
Et c'en est ainsi des racines
qui sommeillent ou s'éveillent
dans le roulis aveugle
des saisons évasives"

Abdellatif Laâbi

L'automne promet

Editions de La Différence

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home