katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

vendredi, mars 30, 2007

Les Paradisiaques

"La baie immense de Naples s'éployait sans fin, l'entourait sans fin. L'air était chaud et il était mouvant. Nous respirions. Nous respirâmes. La falaise d'Anacapri devint soudain entièrement invisible au sein de la lumière.
On voyait encore un peu le promontoire de Sorrente qui s'effaçait doucement dans la vapeur que la chaleur du jour commençait à élever sur la surface paisible de l'eau"

Les volumes IV et V du Dernier Royaume de Pascal Quignard sont sortis en format de poche, excellente nouvelle, je suis de plus dans des dispositions d'esprit qui conviennent à merveille pour me perdre entre savoir, amour et Beauté.

Un labyrinthe déplié entre Jadis et Demain.

"L'amour est un sentiment qui ne se distingue pas du deuil: il est ce qui fait de l'image un fantôme."

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home