katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

dimanche, novembre 10, 2013

nous brûlions, je crois




"Chère Alice. Votre lettre timbrée du bureau de poste de la place Jeanne-d'Arc, m'a rappelé une promenade que nous avons faite un soir par là, il y a quelques années. Nous nous sommes beaucoup promenés alors; nous cherchions quelque chose que nous aurions bien pu trouver, avec un peu de chance. Nous brûlions, je crois...
Je n'écris plus, je pense à peine. Les médecins m'interdisent tout travail avant six mois. Je ressemble à mon ombre."

henri calet, lettre du 7 juillet 1956. Il meurt le 14 juillet à 3h du matin. Il avait, dans son agenda, entouré d'un large trait rouge le 13 et le 14.

peau d'ours

Editions Gallimard, Collection L'Imaginaire

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

«Si vous étiez une femme dans un café, une femme qui a peur pour sa peau, et si un jeune homme vous avait dit ce qu’il m’a dit, est-ce que vous l’auriez cru ?
Non ?
Moi je suis sûre que oui.
Si vous aviez peur comme moi et si vous aviez senti sa peau parfaite sous vos doigts, je vous jure que vous l’auriez cru.
Puis vous auriez commencé à emprunter des souvenirs… avec des petits détails qui donnent des frissons. Et vous auriez essayé de raconter… Au moins essayé.»

18 novembre, 2013 01:20  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home