katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

dimanche, novembre 26, 2006



"Parfois, en certains jours de lumière parfaite et exacte,

où les choses ont toute la réalité dont elles portent le pouvoir,

je me demande à moi-même tout doucement

pourquoi j'ai moi aussi la faiblesse d'attribuer

aux choses de la beauté."

Fernado Pessoa (Alvaro de Campos)

Libellés :

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

autant le silence que la violence peuvent parfois être sur une même échelle, c'est une même communication mais faite de manière tout à fait différente tout simplement... cela dit oui le silence des fois ca fait du bien... de pouvoir lacher prise et juste contempler et s'octroyer le droit de donner aux choses de la beauté, comme le dit si bien cette citation que tu as choisi de nous faire partager, alors merci à toi Karim.

30 novembre, 2006 23:49  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home