katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

lundi, juillet 27, 2009

l'équilibre du monde


"Aujourd'hui je n'ai rien fait.
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.

Des oiseaux qui n'existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.

Ne rien faire
sauve parfois l'équilibre du monde,
en obtenant que queque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance."

Roberto Juarroz, treizième poésie verticale

Libellés :

1 Comments:

Blogger Alexandre said...

Quel poème illustré par une merveille photographique!

Je me retire donc sous la beauté de l'oeil du monde. Je laisse Claude Esteban commenter ce moment de lumière.

"On trouvera peut-être le mot
soleil
écrit sur une page

je serai déjà
loin"

Amicalement
Alex

01 août, 2009 10:18  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home