katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

dimanche, avril 08, 2007




"C'est l'oeil qui fait la lumière"


Barjavel




Libellés :

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

MEHR LICHT !

GOETHE . son dernier souffle....

10 avril, 2007 12:52  
Anonymous Mélanie said...

Bonjour Karim,

Je ne sais pas tellement par quel autre moyen te joindre alors j'essaie par un post....

J'organise une petite sauterie samedi soir dans mes appartements à Lausanne pour célébrer un quart de siècle d'existence et tu es le bienvenu.

Tiens-moi au courant si jamais.

Bonne soirée,

Mélanie

11 avril, 2007 17:47  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home