katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

jeudi, avril 26, 2007


Permettre à l’imprévu d’entr’ouvrir la porte, se rappeler les couleurs rafraîchissantes de l’émerveillement, (re)devenir disponible.

Ce terme entendu comme un regard neuf, aéré, sur la kyrielle d’événements insignifiants mais si vivifiants qui se déroulent dans le théâtre de nos jours.

Je crois que c’est aussi cela la force sans égale que j’accorde aux livres, la capacité, sondant des êtres dans leur entier, refusant les tiroirs, d’éclairer le monde d’un peu plus, d’un tout petit peu plus de justesse.

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home