katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

mardi, octobre 21, 2014

une silhouette à l'équilibre instable





A Genève, au tout petit matin, dans la nouvelle gare déguisée en centre commercial, à moins que ce ne soit le contraire, il y avait une silhouette à l'équilibre instable, postée en plein milieu d'un passage étroit. Elle ne bougeait pas; enfin si: elle tanguait légèrement. Elle avait le corps incliné, tordu, en diagonale d'un plateau de Scrabble sur lequel il était inscrit: Paumée. Un mot qui, pour l'heure, comptait sans doute double, ou triple. Longtemps qu'elle avait épuisé ses jokers.

A son épaule pendouillait une trottinette. Ses yeux étaient fermés. Elle avait 40 ans. Elle avait 20 ans. Elle avait 60 ans. Le regard éteint, donc. Pas l'entier de la tête, puisque s'échappait, si l'on se rapprochait, un bruit dont il était difficile de dire s'il était un fredonnement ou un gémissement. Un peu des deux.



Quelques individus, plus ou moins pressés, la bousculaient presque. Ce n'était pas encore une foule, ou alors très clairsemée. Ce petit agrégat de travailleurs, sans même un coup-d’œil, de dédain, de dégoût, voire de pitié, commençait sa journée en frôlant cette débâcle et en continuant sur sa lancée.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home