katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

mardi, octobre 03, 2006


Fribourg, ville aimée depuis des années, depuis la première ballade qui m'avait amené jusqu'à la magie défiant le temps qui se repose en Basse ville, jusqu'au café du Belvédère et sa terrasse sans pareille.

Fribourg voit maintenant mes jours et mes nuits se confondre avec les siens.

Il me reste à courir le long de la Sarine pour que son énergie puisse inonder les pages blanches qui m'accompagnent.

Libellés :

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Alors on est installé? tu ne m'a pas dit ou tu creche...et tu n'es pas venu a bale!!!

Bon ton blog utilise tout ton temps libre now j'imagine!

Ca va ce nouveau boulot? r

03 octobre, 2006 14:08  
Blogger bulle de savon said...

très belles photos et je ne peux que sourrire devant l'inspiration qui t'habite...

05 octobre, 2006 01:24  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home