katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

mardi, décembre 05, 2006

Sieste prolongée, eh bien oui



Mon ordinateur va devoir consentir à une petite remise à jour, mes difficultés avec la technologie et ses fruits, défendus ou pas, ne sont plus à démontrer, je risque donc de ne pas reprendre mon rythme de croisière avant la semaine prochaine.

Mais vu les expéditions (St-Moritz, Paris, Ste-Croix pour un camp avec des petits monstres, Lyon,...) qui m'attendent, ma plume aura l'occasion de réfléchir à haute voix, n'en doutons-pas.

Bien à vous.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home