katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

samedi, mars 08, 2008

Mon nid de flocons

Cette semaine, la neige s’est brièvement offerte à nos regards éperdus, accompagnée d’un froid sauvage qui claquait sur le front et lacérait les narines.

J’aurais voulu alors que les phrases s’étoilent, mais elles n’ont réussi qu’à s’étioler, les pétales de blanc me proposant de m'imprégner sereinement de leur fugacité, sans la troubler par des mots trop bruyants.

Je m’étais donc résolu à mettre langue et plume dans la trousse de mes attentes veloutées.

Laissant à l’inexprimé le soin de se pelucher dans mon duvet de songes.

Aujourd’hui, l’ardeur du verbe a fait ployer ma promesse silencieuse.

Pulsations du sang poétique qui brûlait de dire son éveil à la déchirure de l’instant.

J’ai découvert mon nid de flocons.

Je n’y ai vu que la trace humide des larmes de glace déposées par le ciel.

Libellés :

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Un Chapeau gris, une écharpe rouge, voilà Katchi avec son p'tit nez rouge!!! Katchi katchi!!! vive les amis!



ahahahhahahahhahahahah

09 mars, 2008 23:17  
Blogger Denise said...

mmm...que c'est bon ;-)...
J'aime la neige... pour mille et unes raisons...
et aussi lorsqu'elle t'inspire...
car elle m'invite à respirer...entre deux aller et retour un peu perdue dans les tourbillons d'une vie trépidante qui fait sauter du coq à l'âne en essayant de rattraper les balles avant qu'elles ne tombent par terre ;-)...
parfois j'aimerai tant ralentir le temps et cesser de le laisser filer...
Je crois que je n'ai pas encore compris comment il fait pour passer si vite, parfois cela me fait peur, parfois cela me fait réaliser mes limites et le chemin que j'ai encore à faire, d'autrefois j'enrage de ne pas arriver à faire ce que j'aurai aimé...
parfois j'aimerai tant ralentir le temps et cesser de le laisser filer...
et alors tes mots m'invitent au repos...au retour en arrière pour savourer des souvenirs ...
Et alors je me rappelle avec délectation d'essentielles parenthèses fribourgeoises...

11 mars, 2008 19:10  
Anonymous Anonyme said...

Pour ma part, je suis vraiment tannée de la neige! Deux tempêtes de neiges en une semaines. Tout plein de bancs de neige à pelter, pousser l'auto pour la sortir des bancs de neiges. J'ai vraiment hâte que l'été et les rayons chaud du soleil arrive au Québec.
pinpin

14 mars, 2008 19:08  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home