katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

mercredi, mai 07, 2008

Une joie incroyable


"Une panique indicible balaie tout - comme dans ce tableau de Goya, au Prado, où l'on voit le monstre qui emplit la toile tandis que sous lui la tempête de peur emporte la foule: seul, au premier plan, un âne se tient immobile et paisible, - l'intuition fulgurante de la contingence, de l'inimportance de tout, une terreur sans nom, à moins que ce ne soit le pressentiment d'une joie incroyable."

Jean Sulivan, Mais il y a la mer

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home