katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

dimanche, avril 06, 2008

Un bruissement entêtant

"Petites fleurs des voyageurs, petits anges gardiens des talus je ne me noierai pas, je ne me pendrai pas, je ne me tuerai pas. Je créerai quelque chose dans la battement de mon cœur qui m'emportera."

Alors que mon regard se faisait petite plume charriée par le flot apaisant du ruisseau, ce joyeux sentier d’eau que mes yeux aiment caresser depuis le train, me revenaient à l’esprit ces phrases de Maurice Chappaz venues s’échouer dans ma tête peu avant midi. « Le Livre de C », textes et poèmes murmurés en pensant à Corinna Bille, son épouse, décédée en 1989.

L’écho d’une autre lecture enténébrait mon esprit : il faut marcher longtemps, très longtemps, pour que parfois surgisse une seule pensée limpide. Je ne prends pas la peine de l’orner de guillemets, parce qu’elle est inexacte et que je ne sais plus avec certitude qui de Claude Esteban, Philippe Jaccottet ou Gustave Roud, qui m’ont accompagné cette semaine, a formulé cette impression qui m’habitait alors avec force.

Moitié parce que, comme me l’ont dessiné dans les oreilles des lèvres qui m’émerveillent, il est bienvenu de marcher vers son destin, plutôt que d’y courir en prenant le risque de ne pas voir s’éveiller les fleurs ; moitié parce que, soucieux de m’ouvrir à l’avis de chacun, il devient toujours plus difficile de ne pas émietter tout jugement se prétendant définitif.

Des miettes que je recueille dans le creux de ma main pour les offrir à la bienveillance des mésanges.

« L’art est en chacun mais le moyen de l’exprimer avec bonheur n’est donné qu’à ceux qui savent croire et douter à la fois, chercher et attendre, aimer et refuser l’aveuglement. Combien sont-ils ? »

Noyé dans mes références réelles et fantasmées, je me suis dit que déguster le « Petit éloge de la mémoire » proposé par Boualem Sansal serait bienvenu. Je ne m’étais pas trompé.

"On ne peut rien de plus que reconnaître les points apparents, le reste revient à l'imagination, et tout le bonheur est là. Alors, mettons-nous en mouvement, donnons libre cours à nos émois et partons à la recherche de nous-mêmes et de ce que fut notre mère patrie. Quelque part, ne l'oublions pas, nous sommes des chasseurs d'impossible."

Puis le lac a lentement et majestueusement déployé un de ses bras pour me saluer. Ne pouvant pas résister à cet appel amical, je suis descendu du train pour marcher jusqu’à la limite de ce bleu capricieux. La plage m’a embrassé de toute sa printanière nudité.

Les battements de mon cœur d’encre faisaient frémir mes cils.

L’écriture frappait à la porte de l’inexprimé.

Libellés : ,

1 Comments:

Anonymous Benoit said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

07 avril, 2008 20:43  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home