katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

vendredi, novembre 29, 2013

la pertinence de la pluie



"Si j'étais soluble dans l'eau, tel un savon de vieux lavoir, je me laisserais fondre ici, rejoignant la mémoire du lac et ses molécules brassées qui ont visité l'univers. Un peu de moi aurait la pertinence de la pluie qui ruisselle sur la Dent d'Oche; un peu de moi serait mêlé à la nourriture des perches qui garnissent vos plats. J'entretiendrais vos nerfs, vos muscles et je saurais vos émotions. Enterré avec vous, j'irais engraisser des vers de terre que les merles extirperaient voracement. Évaporé dans l'air, j'appartiendrais modestement à la fulgurance des éclairs, à l'embrasement des couchants et je neigerais sur la ville."

Pierre-Laurent Ellenberger

Attente au Bar de l'Amiral

Edition d'Orzens

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home