katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

samedi, novembre 04, 2006

Livres, alcool et autres débauches

Samedi matin. 6h.

Je commande le premier café (latte macchiato pour être précis) de la journée du buffet de la gare de Neuchâtel. La dame qui prend ma commande regarde les livres que j’ai déposés sur la table, fait une drôle de tête, puis esquisse un sourire.

Je pourrais lui dire que cela fait 45 minutes que je suis assis sur un banc à bouquiner, en attendant que ça ouvre, parce que j’avais oublié que c’est le week-end, que la vie change légèrement de rythme. Je pourrais lui dire que ce que j’aime le plus sur terre, c’est lire et écrire, que les jours comptent assez peu pour ce genre de pêchés mignons.

Je me contente de sourire puisqu’il paraît que c’est ce que je fais de mieux.

Je lève un peu les yeux (comme Romain dans « La promesse de l’aube », mais oui !!!) pour déchiffrer quelques lignes inscrites au-dessus du comptoir : « Il ne sera pas servi d’alcool avant 9h le samedi, dimanche et les jours fériés ».

Quand on travaille, on peut s’autoriser un petit remontant de bon matin, pour faire face, pour garder la face, encore que, le reste du temps, il faut patienter un peu, tout de même.

Le moral des accros est dans les chaussettes, mais la morale est sauve, c’est le principal.

Je pense alors, en vrac, à toutes les fois où l’on m’a regardé avec des yeux de merlans frits parce que je déclinais l’offrande d’un verre de blanc, ou de rouge (je veux du NOIR, mais y en a pas…).

« Comment ça ?!? (petite pause marquant l’incompréhension, puis une lueur dans les yeux, un petit sentiment de gêne. C’est qu’il a un nom bizarre, l’animal, on a tendance à l’oublier…) Ah… La religion ?!? »

Non, patate, je ne suis pas musulman, même si le 90% de ma famille l’est, pas un intégriste dans le tas, encore qu’en fouillant bien, il faut ce qu’il faut, vous devez sans doute connaître quelqu’un qui mange de la raclette avec du ketchup, c’est juste une question de statistique et de sensibilité personnelle.

« Pas d’alcool avant 9h », je pense, toujours en vrac, à la Loi anti-racistes que l’UDC souhaite abroger, liberté d’expression oblige, je pense à la Poste qui va supprimer 500 emplois, mais sans licenciements, oui, oui, c’est possible. Je pense aux Verts et aux Socialistes qui se disputent comme des gosses dans une cours d’école.

La dame a raison, il devrait être interdit, le plus souvent possible, de réfléchir avant 9h, et plus si affinités.

Libellés :

3 Comments:

Blogger Julien said...

Un article d'un tout grand niveau, un vrai plaisir à lire!

04 novembre, 2006 12:01  
Blogger bulle de savon said...

quand je te lis, j'ai tout un tas de flash qui me viennent à l'esprits, comme des films (enfin tu l'auras deviné quand tu es sur mon blog lol), celui qui me vient c'est spannish english et à un moment donné la scène qui se précise, c'est le moment où la nurse de maison a besoin de sa fille pour lui servir d'interprète afin que son employeur puisse communiquer avec elle... Un mot en engageant à notre il a fini par dire " hypocrite ". Attention, aucun jugement, je ne me le permettrai pas, mais parfois quand je me sens l'âme suisse, je me sens le temps d'un égarement très passager un peu hypocrite, enfin p-e pas toute la suisse, enfin p-e les genevois, enfin p-e que je ne suis que le reflet de moi même LOL, bref, redevenons sérieuse, j'ai l'impression que cela me dérange un peu d'abuser des codes cybernétiques comme les " mdr "; le bon côté c'est que ça m'oblige à me remettre sans arrêt en question, et je dois avouer que j'aime bcp ça ! Alors merci à toi aussi !

06 novembre, 2006 06:01  
Anonymous Epaules y glotte said...

Sache,
P'tit Katch
Qu'en basque
le rouge
est bien noir.
- En v(a)in -

"Ardo beltz"!

Et c'est le rosé qui est rouge ("Ardo gorri").
Qui voudrait faire de toi un amator di vin?

Même pas moi.

Car la cuve est encore vide de tes encres sympathiques.

Se dévoilent lorsque le silence ne suffit plus à rompre les paroles vaines des autres qui n'écrivent pas.

Encrages et vin...

Sb

09 novembre, 2006 21:01  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home