katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

jeudi, octobre 26, 2006


Un jour,
au détour du rue,
comme sortie de nulle part
des années après notre première rencontre,
dans un autre monde.

Libellés :

1 Comments:

Anonymous Cicic said...

Hey...tu vois vraiment des trucs bizzare dans ton AUTRE MONDE...

Moi je vois plutot des M&M's blanc rouler en bas d'une pente recouverte de fondue dans le mien...

31 octobre, 2006 15:31  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home