katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

vendredi, octobre 27, 2006

Les hommes de ma vie


Je ne suis qu'un petit garçon qui s'amuse - doublé d'un pasteur protestant qui l'ennuie.
(André Gide, Journal, 22 juin 1907)

Libellés :

4 Comments:

Blogger bulle de savon said...

t'es allé le voir le film ?

27 octobre, 2006 23:29  
Blogger katch said...

Non, what about you?!?

28 octobre, 2006 08:16  
Anonymous Clé said...

Clé a dit...
C'est bizarre, mais figure toi qu'après ton message sur les libraires indépendants, je voulais te parler des disquaires indépendants qui doivent avoir le même genre de problèmes. Pourtant combien de textes fabuleux ont étés mis en musique...Et il n'y a que chez un disquaire que tu peux trouver LE disque introuvable ailleurs...Je me souviens, il y a longtemps, au temps des yéyés, il y avait une disquaire à la rue du Lac, j'adorais y aller fouiner de temps en temps, c'était une très vieille dame qui était propriétaire: elle fumait comme un pompier et me faisait penser physiquement à l'écrivaine Colette. Ah! en fermant les yeux, je me retrouve plus de trente ans ans en arrière...Bisous

Ps il y a un article qui devrait t'intéresser dans le 24 Heures de ce jour...

28 octobre, 2006 09:39  
Blogger bulle de savon said...

non plus, mais j'aimerais bien

28 octobre, 2006 16:05  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home