katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

jeudi, juin 12, 2008

Le lac, plus beau des conteurs

Je regarde la photo de l’arbre, je souris, secoue légèrement la tête.

Il se trouve à Vevey, tout près de la place du marché, juste à côté de cette étrange bâtisse où doivent s’agiter de nombreux fantômes la nuit venue.

Il a l’air, lorsque son costume de feuilles l’a quitté, complètement calciné ; fascinante brûlure de nudité.

Plein d’images étonnantes et détonantes sont attachées à cette ville dans mes souvenirs brumeux.

Je regarde la photo de l’arbre, je souris, secoue légèrement la tête.

Elle est « de travers », la photo. Comme presque tout ce que je colle partout, comme presque tout ce que je fais, en somme.

Comme ma tête, comme mon écriture.

Comme mon sourire.

On ne sait jamais comment le considérer, moqueur ? scrutateur ? approbateur ?

Je regarde la photo de l’arbre, je souris, secoue légèrement la tête.

Cet arbre, à mes yeux, représente aussi, surtout, le lac, un endroit où il est possible de l’amadouer.

Dans cette envie d’ailleurs qui me martèle les tempes, il y a aussi cela, la joie anticipée des retrouvailles avec le lac.

Je viendrai me poser près de lui, je sais déjà que c’est lui qui me racontera le mieux ce qui se sera passé pendant mon absence.

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

TREES


“I think that I shall never see
A poem as lovely as a tree

A tree whose hungry mouth is pressed
Against the Earth sweet flowing breast ;

A tree that looks at God all day
And lifts her leafy arms to pray ;

A tree that may in Summer wear
A nest of robins in her hair.

Upon whose bosom snow has lain;
Who ultimately lives with rain.

Poems are made by fools like me ,
But only God can make a tree.”

Joyce Kilmer ( 1886 – 1918 )


American poet, a war hero, died at 31 as a member of the American Volunteer Infantry during WW 1 in the Battle of Marne , buried in France , awarded posthumously La Croix de Guerre by the French Republic .

During the War he continued writing prose and poetry - one of them the poem ‘Rouge Bouquet ‘

Considered an early defender of nature , The Joyce Kilmer Memorial Forest in N.J is dedicated in his honour .

16 juin, 2008 08:52  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home