katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

mardi, mai 26, 2015

tellement intime pour toujours

A la mort d'Herberto Helder, sa femme a trouvé un petit carnet. 

Sur la dernière page, le mot "fin" avait été écrit à la main, pour signaler que le livre était prêt.

Il a été publié ces jours au Portugal, avec le titre choisi par l'auteur: "Poèmes Gauchers"; "Poemas Canhotos".

Son éditeur dit qu'il ne sait pas vraiment pourquoi cette appellation, peut-être parce que le cœur se trouve du côté gauche.

Je n'ai pas encore pu lire l'intégralité du recueil, mais il me semble qu'il y a peut-être aussi quelque chose à aller chercher du côté de la définition de "sinistro", l'autre manière de dire "gauche" ("esquerdo"), dont plusieurs acceptations sont "de mauvaise augure", "sombre", "funeste", "menaçant".

Il semblerait qu'une des pièces marquantes du livre soit le poème rapportant la mort d'Antonio Ramos Rosa, à laquelle Herberto Helder, qui était un de ses proches, avait assisté. 

"Antonio Ramos Rosa était couché dans le lit
contre le mur 
et il fit demi-tour sur lui-même
et resta le visage tourné contre le mur
et ferma les yeux
et ferma la bouche
et resta tout fermé
et alors tout mourut 
profondément  et complètement en une seule fois
et tout juste lui dans l'espace et dans le temps
et seulement maintenant
passée une année et demi je comprends
comme il était nécessaire d'être ainsi tellement intime pour toujours
tellement compact
plus que le monde entier
- et lui je suis."


0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home