katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

lundi, mars 09, 2009

détrousser brièvement la lumière






" [...] - pris dans l'élan, on a peut-être une chance de détrousser brièvement la lumière, de se pourvoir d'une parcelle d'espace neuf."


" [...]; rescapée, une phrase trouve à se poser, ne passe pas loin des feuilles encore minces de la lumière sur la grisaille des vitres."


Mary-Laure Zoss, Entre chien et loup jetés

Libellés :

1 Comments:

Blogger Akiko said...

J'ai lu toute la plus que moitié de Le noir du ciel , que tu m'as envoyé. J'aurai aimé lire lire lire encore et très encore même, mais mon cours de maths renforcés m'attendait, alors je n'ai pas pu faire autrement que de remettre le livre dans mon sac, près de mon journal, parce que je trouve qu'ils forment un joli couple, et je m'en suis allée.

Bientôt la lettre.

09 mars, 2009 18:33  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home