katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

dimanche, novembre 09, 2008

mer peu distincte


"Penser, vivre, mer peu distincte;


Moi - ça - tremble,


Infini incessamment qui tressaille.






Ombres de mondes infimes,


ombres d'ombres,


cendres d'ailes.






Pensées à la nage merveilleuse,


qui glissez en nous, entre nous, loin de nous,


loin de nous éclairer, loin de rien pénétrer;






étrangères en nos maisons,


toujours à colporter,


poussières pour nous distraire et nous éparpiller la vie."



Henri Michaux, Lointain intérieur

Libellés :

1 Comments:

Blogger Alexandre said...

Infime intérieur...

10 novembre, 2008 00:33  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home