katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

mercredi, janvier 19, 2011

quand gésir devient "jazzy"





Aqui jaz, écrit comme ça, on pourrait presque dire que ça claque, non?!?


On y lit aki, cette petit balle prisée de footeux déguisés en skaters, ou l'inverse. Certains disent footbag. Dani, un des types les plus atypiques que je connaisse (grand gaillard tout sec, mélange d'argovien et de fribourgeois dégingandé, coiffé de dreads blondes, joueur de cithare et de piano, s'exprime avec un succulent accent suisse-allemand, expert snowboard nationalement reconnu, enseignant et bientôt psychologue; se promène souvent, il arrive que ce soit sur une grande planche à roulettes funky, avec deux petites filles), a été vice-champion suisse de cette spécialité.


Une fois, j'avais fait sa connaissance depuis peu, alors que j'étais sur le point de partir courir, il m'a dit que je pouvais passer jongler un moment avec lui. Il a ajouté qu'il jouait une vingtaine de minutes, puis qu'il était crevé. Cela m'avait fait sourire. Se fatiguer en jouant au aki, y a vraiment des pavratches. C'est ce que j'avais pensé. J'expliquerai pavratche une prochaine fois, ou pas. J'y étais allé, pour me marrer. Il m'avait pris des chaussures, et tout et tout. Dès qu'il s'est mis à jouer, disant, sans arrêter de sautiller, en réalisant des figures que je ne pensais voir qu'à la télé: « ça c'est le papillon népalais, 7 points; ça, le radiateur hongrois, 5 points; plus dur, l'épervier péruvien, 9 points; ... », j'ai ramassé ma mâchoire qui était sur le point de rouler jusque dans la rivière, puis je suis parti courir. Je n'avais pas eu l'impression d'être très performant, dans mon souvenir.


(On peut voir une mistinguette qui assure, ici.)


Aqui jaz, donc. On y entend aussi un peu Miles Davis et Charlie Parker, on ne sait pas où est allé traîner le deuxième « z », mais s'il avait envie de vibrer ailleurs, grand bien lui fasse.


Aqui jaz, en fait, ça veut dire « ci-gît. » Jazigo, c'est un caveau mortuaire. J'ai appris ceci en passant une partie de ma balade dominicale dans le cimetière de Prazeres. Un endroit étrange, les caveaux, bien plus nombreux que les tombes, donnent un côté excessivement solennel. Plusieurs caveaux portent une affiche annonçant qu'ils sont « abandonnés. » D'ailleurs c'est l'impression que l'on a, dans ces allées de cyprès emmurés, en constatant combien il est vain de vouloir maintenir ainsi le souvenir, on a le sentiment d'avoir abandonné le monde. Qui s'en moque complètement. Probablement qu'il écoute du jazz en jouant au aki.


Peut-être avec les trois gustions qui s'effritent, sur le T-shirt que Loïc m'avait rapporté de New-York. Il l'a acheté à un type qui les fait imprimer lui-même, à partir de photos qu'il prend. Là, c'était trois blacks, épaule(s) contre épaule(s); celui du milieu faisait tourner un ballon de basket sur l'index de sa main gauche. Il aurait fallu que je le lave de manière plus méthodique, pour qu'ils ne se fassent pas la malle, mes trois potes, lambeaux après lambeaux. Il reste environ le tiers supérieur. On peut croire, quand on me croise, que ma négligence est stylée, que je suis un mec tendance. Oh yeah. Quand l'image commencera à s'effacer, je pourrais raconter des histoires remplissant le rectangle un peu décoloré qui aura subsisté. Je pourrais inventer différents motifs, pour répondre à ceux qui me demanderont ce qui figurait sur mon poitrail. J'aurai alors une garde-robe imaginaire bien plus étoffée que dans la réalité.


C'est exactement le contraire de ce qui se passe au cimetière de Prazeres, où les pierres et les noms restent, mais tellement figés qu'ils engloutissent aussi bien la mémoire que tous les possibles qui pourraient naître de son absence.


Depuis un endroit, le seul où les parois n'empêchent pas de regarder au-delà – c'est qu'il s'agit plutôt, ici, de sentir tout le poids de l'au-delà -, on a une vue plongeante sur Alcântara, la gare et le quartier; on aperçoit aussi une partie de la forêt de Monsanto, en face; et, bien entendu, le pont du 25 avril. Dimanche, il avait récupéré sa tête.


Moi, je ne savais pas bien; j'avais l'impression d'en avoir plusieurs; pas sûr que la mienne était dans le tas.


J'ai découvert il y a peu qu'un terme que je mâtine à toutes les sauces, un verbe que j'utilise pratiquement tous les jours, n'est pas usité de manière aussi commune en France qu'en Suisse. Il s'agit du fait de se réjouir. Je me réjouis j'ai hâte - de pas mal de choses. Cela me vaut les railleries de certains amis « hexagonaux ». Cela leur semble vieillot, comme le fait de dire « souper ».


« Monsieur se réjouit-il de souper tout bientôt?!? »


J'ai trouvé dans les « Vies minuscules » de Marcel Schwob un qualificatif fantastique: goguelu.


Goguelu: qui aime à se réjouir; fanfaron.


C'est dit, appelez-moi le goguelu de talus.


Libellés : ,

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Hi,hi..Alors bonsoir "goguelu " de Talus!
Bravo pour la photo de l'arbre au milieu des éscaliers!
Bises, Taratata

19 janvier, 2011 23:10  
Anonymous Anonyme said...

Eh bien par ici, on dîne à midi et on soupe au dîner.
Un de ces jours on se fera un plaisir d'offrir le souper au goguelu du talus mais au dessert, on lui offrira autre chose qu'un goglu.

Benoit

30 janvier, 2011 14:26  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home