katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

lundi, janvier 03, 2011

d'un point névralgique à l'autre














Open space. Avec la station du Mourtis en face et une douzaine de vautours fauves tournant à quelques dizaines de mètres de nos têtes, penser au terme désormais consacré par les entreprises tendances prêtait à sourire. Open Space. Des gens se pressent de toute l'Europe pour voir la nouvelle salle de rédaction du Blick, appelée le « pont », en référence à celui d'un bateau; d'un point névralgique à l'autre, il y a juste quelques névrosés en puissance de différence. Espace ouvert.


Le Blick, rappelons-le, à pour moteur le scoop et le people, des nobles causes qui ont le puissant mérite d'entretenir cette Bêtise sans âge qui aime tant taper dans le dos de l'Humanité. Le nec plus ultra de l'info est donc à disposition des grailleurs de scandales et de leurs ouailles.


On trouve, dans cet endroit zürichois qui fait saliver les amis du « progrès », un écran vidéo de six mètres sur deux. Dans le jargon du milieu, on ne parle plus de « secrétaire de rédaction » mais de « journaliste de production ». On n'écrit plus des articles, mais du « contenu ». Si on répète ce mot dix fois, on comprend assez vite la nature de ceux qui sont tenus par la Bourse. Ou peut-être leur manque de nature, précisément.


Cela remue d'autant plus de lire ceci peu après avoir fini la biographie de Cartier-Bresson. Issu d'une bonne famille dont il s'est très tôt défié, il s'est demandé toute sa vie d'où venait l'argent; il estimait que le grand bouleversement du XX ème siècle est survenu avec l'apparition de la société de consommation, au tournant des années cinquante et soixante; elle le faisait vomir.


Concernant les réflexion sur l'image, un article très intéressant sur le site d'Acrimed, on peut s'y rendre par ici.


Quelques milans royaux voltigeaient également, puis, les yeux de Pablo se sont mis à frétiller. Nous avons eu le privilège de voir un gypaète barbu se joindre à ses congénères. Pablo nous a expliqué que les vautours, quand ils ne parviennent pas à trouver un courant thermique à même de leur permettre de reprendre de l'altitude et qu'ils se retrouvent alors le bec dans une vallée encaissée, n'ont qu'un seul moyen pour remonter: marcher. Il arrive qu'on en voie longer des routes menant à des cols.


Salut mon gars! Tu trouves pas que ça vaut le tour?!?


Je suis rarement en reste pour ce qui est de l'humour à deux balles. C'est sans doute une question de budget.


J'attends le moment où il va se passer la même déconvenue aérienne pour tous les rapaces de la finance et de la politique, qu'ils soient contraints de replier leur envergure de pacotille pour réapprendre à vivre au contact du sol. Ils grimperont alors sur ces routes pour lesquelles le verbe « serpenter » a été inventé, sans plus pouvoir écraser personne; ils considèreront différemment le privilège d'un panorama et d'un espace retrouvés.


Passés nous trouver dans les Pyrénées, Raoul et Vivette nous ont embarqués, direction l'Andalousie. Eux, ils ont la Guinée en ligne de mire. Nous avons passé la nuit du Nouvel An dans un motel qui avait manifestement oublié qu'il était ouvert. Quelques personnes s'en sont souvenu après le coup de minuit, alors que nous dormions déjà, rythmant notre sommeil par l'intermédiaire de quelque chose qu'il m'est chaque fois plus difficile de qualifier de musique.


La Musaraigne, parmi les nombreuses merveilles qu'elle m'a apportées, avait l'agenda du Tigre (la nouvelle formule est lancée, ne vous privez pas de ce plaisir); y figure l'explication de l'appellation du premier mois de l'année. Janvier vient de Janus, le dieu romain à deux visages; le dieu des portes. Lancé dans ma trentième année avec une envie de mettre pas mal de choses à plat, ces échos de passages me frétillent le sourire. Ce d'autant plus que j'y ai aussi appris que janvier est la période pendant laquelle il convient de planter les pensées. Après, il n'y a plus besoin de s'en occuper, elles se faufilent partout.


Encore une info pour la déroute: en « chronologie technique », le style est le changement de millésime.


Plutôt que « Change pas de style », expression consacrée par plusieurs de mes potes, je vais désormais opter pour « Change pas de millésime ». Ça ajoute une petite touche vinifiée qui en jette, non?!?


Je tire en longueur, aujourd'hui, mais c'est que j'ai plein de choses à vous écrire.


En premier lieu, une découverte littéraire de choc: Kurt Vonegut Junior. Je le dois à Rodrigo Fresan, qui répète à l'envi l'admiration qu'il lui porte. Ce que je ne peux, après avoir lu « Abattoir 5 », oui oui, « Abattoir 5 », que comprendre. Il semblerait qu'il faille plutôt miser sur les bouquinistes pour trouver les livres de ce drôle de bonhomme, il fait partie des auteurs faisant les frais de la vague de « Fantasy » revigorée par « Le Seigneur des anneaux ».


Humour, imagination déflagrante, érudition déstabilisante; il y a tout chez ce gaillard.


Retenez donc ce nom qui semble sorti d'une blague Carambar: Kurt Vonegut Junior.


Je vous écris depuis Grenade, une ville à la beauté presque omniprésente; trouver ce qui s'éloigne des cartes postales n'en est que plus stimulant, c'est donc à cela que nous nous attelons.


Descendant de l'Alhambra en slalomant entre oliviers et cactus, toisés par la Sierra Nevada, nous sommes arrivés dans une zone où la créativité s'étale sur les murs. Le crédo de l'artiste le plus époustouflant est le suivant:


« Quoi qu'en dise le cadastre, la ville est à tout le monde. Et si une partie de ses habitants décide de dialoguer à l'aide des murs, de l'asphalte, de la signalétique ou des poteaux, les résultats ne devraient pas être moins valables que les interventions planifiées et attribuées par appels d'offres à des urbanistes à la probité incertaine. »



Et pour 2011, tout de bon à vous, comme on dit par chez nous.


Libellés : ,

3 Comments:

Blogger Laurent said...

Salut Katch,

merci pour ces photos et ce beau texte. La rue appartient à tout le monde...concept intéressant...je tacherais de m'en souvenir et qui sait, de laisser parler ma créativité.

En même temps, cela me rappel la fois ou avec mon frère, nous avions échangé un panneau d'interdiction de stationner d'une propriété privé un peu facho par un panneau parking public. Gros fou rire ensuite et beaux souvenirs...ce jour là, la ville nous appartenait.

Coté bouquin, le world wide web à du bon, on peut trouver abbatoir 5 assez facilement finalement :

http://www.amazon.fr/Abattoir-5-Kurt-Vonnegut/dp/2020408104

Est-ce que je vais me laisser tenter ? a voir...

A bientôt et bonne ballade

Laurent (de Laurent & Marie)

04 janvier, 2011 13:46  
Blogger katch said...

Eh bien merci Laurent (de Laurent et Marie), en plus l'édition "Points" fait bien plus envie (enfin en tout cas moins ringard quand on fait passer le livre plus loin...) que celle de "J'ai lu" que j'ai trouvée.

Si tu laisses parler ta créativité, j'espère que tu me feras parvenir de quoi déguster tes élans artistiques!

05 janvier, 2011 10:21  
Anonymous Anonyme said...

Ah comme j'ai ri de ta blague à 2 balles!!! Trop fort! suis à avenches...ils ont aussi internet là-bas... gros poutou du dadet in love

06 janvier, 2011 02:05  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home