katchdabratch

S'engouffrer dans le sillon de mots indociles; y façonner des points d'appui, pour soi et quelques autres. Pétrir les silences qui sont une partie du terreau où s'ensemence ce qui nous dispose dans le jour. Les inviter à s'ébrouer. Apparaît alors parfois une ouverture, elle offre au souffle un fragment de miracle: ne plus craindre la douceur.

samedi, avril 25, 2009

nos voix s'enlaçant









Passer le souvenir de mes journées au tamis, puis, sur les dépôts, vous dessiner quelques mots avec les doigts.


De ce petit tas d’émois, extirper des particules à tendre aux amis ; toujours l’indéracinable espoir de parvenir, par cette minuscule offrande du cœur, à émouvoir.


Déblayer le mou et le gris qui figent le quotidien, rendre leur éclat aux couleurs du jour, raviver le tison du refus.


Par le poétique inventer une peau éthique.


On y revient.


Et tic.


Loin du toc.


Vous imaginer lisant à haute voix, pour que la vôtre enveloppe la mienne, qu’ainsi s’enlaçant, elles nous encouragent à devenir, au sein de sa sainteté le « Tout Economique », de microscopiques hérétiques.


Ici, aujourd’hui, rappel ému de la Révolution des Oeillets.


J’attends, ne cesserai jamais d’attendre, ce jour où les rêves, en fusion, enverront sur le bûcher le grand marché des œillères.



Libellés : ,

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Salut Karkefluck!
juste un ptit merci pour m avoir fait découvrir" Daughter Darling ", du plaisr...

a plusse, En Suisse, Histoire qu Anaïs voie ta bouille !

Yvenstyle

25 avril, 2009 18:37  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home